Accueil

C’est en 1998 que le Projet Rescousse voit le jour. Ses débuts sont marqués par la mise en marché d’une bière de dégustation, la Rescousse, dont la vente génère des fonds dédiés à la préservation des espèces en péril. En plus des sommes versées, ce produit artisanal sert de canal de communication, mettant à profit l’art animalier pour accroître le capital de sympathie envers les espèces menacées dont plusieurs sont alors méconnues, tels que le chevalier cuivré, la rainette faux-grillon et l’achikunipi.

Passe Vianney-Legendre
L’une des répercussions marquantes des efforts du Projet Rescousse est sans doute la construction d'une passe migratoire sur la rivière Richelieu (Québec). L’ouvrage qui a été conçu pour faciliter l’accès du chevalier cuivré à son principal site de reproduction situé en amont d’un barrage artificiel, profite également à de nombreuses autres espèces de poissons. Ce projet crucial mais coûteux (2,4 millions $) n’aurait pas reçu l’adhésion des gouvernements et des autres partenaires financiers
Prix Phénix
sans la campagne de persuasion et de promotion qui a alors été menée par le Projet Rescousse. Cette réalisation a d’ailleurs valu au Projet Rescousse un prix Phénix de l'Environnement en 2001.

Autres reconnaissances
Prix canadien de l'Environnement (2002)
Prix bénévolat 2002 de la Fédération canadienne de la nature (maintenant Nature Canada)